Les réglementations des marchés financiers

marché financiers

Les marchés financiers font l’objet d’une régulation exigeante. Sa réglementation vise l’équilibre du marché financier, mais aussi une protection des acteurs économiques. En France, l’Autorité des Marchés Financiers est le responsable de la régulation.

La limitation des risques financiers

La régulation prudentielle permet d’avoir un contrôle sur les différents acteurs financiers.

Le contrôle des activités bancaires et des marchés

Les puissances économiques ont tenu à modifier les anciennes réglementations pour mettre en place des nouvelles plus strictes. Ces dernières visent à être plus vigilantes et minimiser ainsi les risques liés au marché financier. En effet, avec les réglementations anciennes, les organes législatifs ont pensé que la libre concurrence suffisait à réguler le marché financier.

Les mises à jour concernent notamment les institutions financières touchant le marché financier. Les récents accords cherchent à stabiliser le bilan des banques. Depuis la crise financière, les banques ont vu leurs actifs régresser. Dans le cas où la créance s’affaiblit, la banque se trouve dans une situation inconfortable. La communauté épargnant 3.0 donne davantage d’informations à ce sujet. En outre, ces accords contraints les institutions financières à conserver de la liquidité pour écarter les risques d’insolvabilité.

Mieux gérer les acteurs financiers

Les banques centrales sont les piliers de la stabilité financière et limitent les risques financiers. La première forme de régulation émanant de la banque centrale est microprudentielle. Par exemple, elle exige aux banques de présenter des bilans financiers sains avant de leur accorder des liquidités. Dans le cas d’une créance douteuse, la banque centrale inflige à ces banques un taux d’intérêt plus élevé que la normale.

Une autre forme de régulation est le contrôle macroprudentiel. Il s’intéresse à un aspect plus global du contrôle venant des banques centrales. Le développement des institutions financières est limité pour minimiser le risque systémique.

Arrêter les risques de la finance globalisée

Les réglementations des marchés financiers ont également pour objectif de supprimer certaines activités.

Contrôler les fonds spéculatifs et les évasions fiscales

Connus sous le nom de hedge funds, les fonds spéculatifs sont des investissements classés particuliers. Un outil spéculatif de couverture a été optimisé en France. Les opérations de ces fonds sont calquées par les acteurs économiques. Elles risquent d’avoir la faculté de gérer le marché financier à la hausse ou à la baisse au service de leurs intérêts.

Les problèmes des paradis fiscaux restent le flou et les doutes sur les opérations financières dans ces organismes. L’évasion fiscale est toujours un problème de taille que les grandes puissances économiques veulent combattre. En effet, elle pousse le système bancaire à la faillite.

Éliminer les manoeuvres mal saines de la finance globalisée

La finance fantôme concerne les activités à financer l’économie hors de la banque. Les réglementations cherchent à les supprimer définitivement des marchés financiers. Elle favorise le risque systémique. Toutefois, elle contribue au bon fonctionnement de l’économie mondiale. Pourtant, elle n’est pas réglementée.

Les acteurs du Shadow banking ne s’intéressent qu’au crédit et ne reçoivent pas de dépôt. Ainsi, ils échappent aux réglementations des marchés et au contrôle des banques centrales. Faute de régulation, il est difficile d’anticiper les crises et le chaos économiques.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *